Fabriquer son macérât Huileux: mes conseils.

Fabriquer son macérât Huileux: mes conseils.

Les votes étaient serrés sur Ig entre l’article sur les macérâts ou « comment récolter ses graines »!

C’est parti pour les macérâts huileux, je vous dirais TOUT (ou presque…)

Macé…quoi?

Commençons par le début, qu’est-ce qu’un macérât? « technique d’extraction d’une partie des principes actifs d’une plante, en l’infusant dans une huile ». Voilà tu sais tout.

L’huile va absorber les principes actifs des plantes qui trempent dedans. Ce qui veut dire que selon la plante que tu utilises, ton macérât aura des vertus différentes. Le macérât s’applique ensuite en local (sur la peau) la plupart du temps. Mais tu peux très bien faire un macérât pour la cuisine (je pense notamment en mettant des fleurs de poireaux séchées à infuser dans de l’huile d’olive: Mamamia!).

On peut appliquer les macérâts seuls ou en les intégrants dans des recettes de baumes (oh la jolie recette de Aromatip’s !), de savon

Comment le fabriquer?

C’est assez simple: Il te faut de l’huile ET des plantes! TADAM!

Ah oui mais… pas n’importe quelle huile. Et… pas n’importe quelle plante.

L’huile végétale

Pour l’huile, il est conseillé d’en utiliser une qui ne rancit pas: l’huile d’olive BIO (de cuisine) est très bien. En ce moment, j’utilise l’huile de noyau d’abricot. Choisissez la bio, locale si vous trouvez et qui ne s’oxyde pas.

Au Havre: vous trouverez facilement des huiles chez Green Beauté, Les petits secrets de Maminou, Le bon endroit.

Pour savoir quelle huile utiliser, je te conseille le dossier sur l’oxydation d’Aromazone qui est très bien expliqué. Plus une huile à tendance à s’oxyder, plus elle est difficile à faire en macérât.

Les plantes

On va principalement utiliser les fleurs ou les feuilles (je pense notamment au plantain).

Si vous souhaitez en récolter en cueillette, soyez sûr-es de bien identifier la plante (on évitera de récolter des fleurs de carottes sauvages qui peuvent être confondues avec la grande cigüe toxique). La chaîne est page de Les chemins de la nature est super si vous souhaitez vous initier/ perfectionner. Je pense prochainement commencer la formation en phytothérapie avec eux.

Les fleurs sont à cueillir un jour de soleil, pour que la pluie et la rosé ne soit pas dessus. Car eau= pas bon ménage avec l’huile.

Personnellement, je fais toujours sécher mes fleurs ou épluchures ou feuilles avant de verser l’huile. S’il y a de l’eau, c’est le risque que de mauvaises bactéries se développent (et donc que ça moisisse et te donne des boutons).

Si vous achetez vos plantes en herboristerie, pharmacie: vérifiez qu’elles sont bien odorantes, d’une belle couleur et dans un récipient opaque.

Plusieurs méthodes:

  • les étaler sur un torchon, entre 2 papiers kraft 1 ou 2 jours dans une pièce aéré à l’ombre.
  • Déshydrater à basse température (maxi 45°c) pour certaines jusquà 24h.

Une fois les plantes sèches, vous pouvez les recouvrir d’huile dans un récipient en verre BIEN PROPRE qui ferme.

La macération

A chaud ou à froid ma ptite dame? ça dépend si vous êtes patients!

Dans tous les cas: on ne ferme pas le macérât hermétiquement pendant la période d’infusion des plantes.

A froid

Vu notre magnifique temps normand cet été, je le mets dans un endroit ensoleillé de la maison, je le recouvre d’une mousseline (pour permettre l’évaporation de l’eau) et je remue régulièrement le contenu pendant 1 mois-6 semaines.

Vous pouvez le mettre dehors (macération solaire) et suivre le même procédé. Placez votre bocal dans un sac en tissus ou un sac kraft pour que les rayons du soleil ne tapent pas directement sur l’huile (cela détruirait des molécules). Attention à la pleine lune, on évite de l’exposer dehors la veille- le jour de la pleine lune et le lendemain (couvrez le d’un drap opaque ou rentrer le).

L’hiver, vous pouvez le placer près d’un radiateur ou un poële.

Au bout de 4 à 6 semaines, filtrez avec un tissus propre, ferme le bocal et placer dans un endroit sombre. Spoiler alerte: il m’arrive de ne pas filtrer par flemme, et ça marche aussi^^.

A chaud

C’est la plus rapide mais elle préserve moins les minéraux puisqu’on va venir chauffer l’huile. Elle est interessante si vous souhaitez faire macérer des racines par exemple.

  • Placez votre pot de macérat sans couvercle dans un casserole avec de l’eau (le niveau d’eau doit être à moins de 4 cm du haut de votre pot, pour que l’eau ne rentre pas en contact avec votre huile).
  • Chauffez l’eau à feu moyen. Laisser pendant 1 à 3h.
  • Stopper le feu, laisser le pot dans la casserole en attendant que l’eau refroidisse.
  • Filtrez avec un tissu bien propre, mettre en bocal, fermer et placer dans un placard dans le noir.

Je n’ai pour le moment, jamais testé cette méthode: alors tout conseil complémentaire est le bienvenu!

Macérât de Calendula

Macérât de Calendula

Conservation

Le macérât peut se garder des années SI vous ne plongez pas vos doigts dedans et que vous le laissez bien dans un endroit sombre.

 

Mon préféré

 

Pour le moment, c’est celui de lavande qui dégage une odeur à tomber! Il est parfait en huile de massage pour détendre les muscles après le sport ou pour limiter les démangeaisons de moustique.

 

 

N’hésitez pas à me partager vos recettes!

 

Partager sur
1 Comment
  • Touil
    Publié 01:08h, 06 août Répondre

    Un très chouette article que j’ai apprécier lire et très intéressant merci 🙏

Laisser un commentaire